Vitesse

Le Quest est un vélomobile extrêmement rapide. Je suis très étonné par la différence par rapport à mon ancien Alleweder. On dit du Quest qu’il défie les lois de la physique, en tout cas il défie l’entendement.

En vitesse de croisière, j’estime que je roule avec le Quest 6 à 8 km/h plus vite qu’avec l’Alleweder. Cela représente un gain d’environ 20%, ce qui est énorme ! Et je dois gagner environ 50% de vitesse par rapport à un vélo classique. C’est à dire que pour le même effort que celui qui me permettrait de rouler à 30 km/h en vitesse de croisière en vélo classique, je roule à 45 km/h avec le Quest.

Mon souhait, avec l’Alleweder, avait toujours été de progresser et d’améliorer suffisamment mon vélomobile pour me permettre de rouler aux alentours de 40 km/h, objectif de vitesse que je considérais comme intéressante notamment pour l’intégration dans le trafic routier. Mais je n’y arrivais qu’en étant quasiment au maximum de mes capacités physiques, ce qui n’est pas tenable pour une utilisation au jour le jour. En achetant le Quest, j’espérer me rapprocher de cet objectif, et j’ai été très surpris de constater qu’il était largement atteint et dépassé.

Un tel gain de vitesse par rapport à mon ancien Alleweder est assez difficile à expliquer. Je pense tout de même qu’il y a 3 facteurs qui jouent :

  • l’aérodynamisme est meilleur, indéniablement. La surface frontale est légèrement moindre, les roues sont entièrement carénées, et la forme est globalement plus fluide.
  • le Quest est équipé d’une transmission classique avec 3 plateaux à l’avant, au lieu du moyeu DualDrive de l’Alleweder qui devait engendrer quelques pertes de puissance.
  • le Quest dispose de manivelle plus longues (170 mm contre 155 mm pour l’Alleweder). Le pédalier est également un poil plus haut par rapport à l’assise. Cela permet de faire travailler plus de muscles, et donc de transmettre plus de puissance. J’ai d’ailleurs eu rapidement mal aux mollets lorsque j’ai pris en main le Quest, preuve qu’il sollicite des muscles que j’utilisais moins avec l’Alleweder.

C’est sur les routes de campagne que la vitesse du Quest s’exprime le mieux. Même si le revêtement est particulièrement rugueux, me faisant perdre quelques km/h, j’y roule toujours à plus de 42 km/h, c’est à dire à une vitesse comparable à celle des scooters bridés et des voitures sans permis. Cela me permet de parcourir les 9 km de départementale qui me sépare de l’entrée dans l’agglomération en 13 à 14 minutes, ce qui est assez remarquable. Cela dit, les automobilistes me doublent toujours de la même manière, puisqu’ils roulent à des vitesses bien supérieures. J’ai tout de même noté qu’ils étaient moins pressés de me doubler à l’approche des carrefours, et c’est appréciable, cela m’évite de rester bloqué derrière une file de voiture venant juste de me doubler, ce qui est toujours pénible.

Arrivé en agglomération, dans la banlieue de Toulouse (Plaisance du Touch, Tournefeuille), je roule autant que possible sur la route, car à plus de 40 km/h, je gêne peu les automobilistes. C’est aussi beaucoup plus sécurisant pour moi, cela me permet de rouler vite tout en évitant le danger que représente les nombreuses intersections des pistes cyclables. En me comportant comme une voiture, je suis dans le champ de vision des motorisés et je n’ai donc aucun soucis de visibilité. Par contre je suis rapidement gêné par les bouchons, je rejoins alors les pistes cyclables où par sécurité je roule plus doucement, en général entre 30 et 35 km/h, en ralentissant à chaque intersection.

Dans le centre-ville, par contre, c’est la plaie. Là aussi je roule autant que possible sur la route, car c’est plus sûr que d’essayer de se faufiler. Je me comporte exactement comme un moutonune voiture, suivant la voiture devant moi. Je me trouve là où les automobilistes s’attendent à trouver un véhicule, donc je suis visible. Quand les files de voitures sont à l’arrêt, et qu’une bande cyclable se trouve sur le côté, je me permets de remonter la file de voiture, très attentivement.

Le centre-ville me permet aussi d’emprunter les voies de bus, et là c’est royal : une voie large, dégagée et toute droite. Mais elles sont rarement très longues, il y a beaucoup de feux, alors je ne peux pas rouler très vite, disons entre 25 et 35 km/h. C’est quand même l’endroit où il a le plus de gens, souvent des cyclistes, qui me disent être impressionnés par ma vitesse. Il y a relativement peu de bus, et j’évite de les doubler n’importe comment, parce que de leur cabine, s’ils sont plus attentifs que la majorité des automobilistes, les chauffeurs n’ont quand même pas une très bonne visibilité, surtout d’un véhicule bas comme un vélomobile.

Tout ça m’amène à penser que dans mon cas, du fait que les routes que j’emprunte sont relativement plates, je n’ai aucun besoin de motorisation. Une assistance électrique ne me serait d’aucune utilité, étant donné qu’une assistance est légalement limitée à 25 km/h, vitesse en dessous de laquelle je ne roule que lorsque les conditions ne me permettent pas d’aller plus vite. Et une assistance hors légalité, qui me permettrait de rouler au dessus de 40 km/h sans effort, serait d’une part dangereuse en ville, en m’incitant à rouler vite, et d’autre part pourrait me causer quelques soucis avec les forces de l’ordre, étant donné que les 2 seules fois où ils m’ont arrêté (avec l’Alleweder, avec lequel je roulais moins vite), c’était parce qu’ils pensaient que j’avais une motorisation.

Beaucoup sont tentés de considérer un vélomobile avec assistance électrique comme le véhicule idéal pour les trajets pendulaires quotidiens. Mais personnellement je trouve un vélomobile déjà tellement efficace, que je donnerai plutôt comme conseil de tester un vélomobile sans assistance, et de n’installer une assistance que si les conditions l’impose, notamment dans le cas de régions très vallonnées.

Publicités

3 commentaires to “Vitesse”

  1. J’adore lire tes péripécies surtout quand elles sont heureuses. Il faut quand même avoir du culot pour acheter des engins de la sorte sans trop savoir ou tu vas. Mais tout ça fait envie. 40km/h sans forcer ça me laisse rêveur.

  2. Salut,

    Toujours un bonheur de lire tes retours d’expériences… que ce soit ici ou sur le forum jaune…

    Tu parles de manivelles de 170 ou 155… cm! Ne serait-ce pas plutôt des mm??? Sinon il faudrait que tu m’expliques car c’est énorme à ranger dans un VM!!!!

    Au plaisir de te lire à nouveau et bonne route!

    Marc

  3. Salut.

    Cela fait maintenant un an que je suis ton blog et depuis peu on se croise le matin sur la route du travail, allée des Vitarelles (vélo course blanc, casque bleu).

    Effectivement, ça a l’air de tracer le vélomobile!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :