Vélomobile et sécurité

La sécurité en vélomobile est une question qui revient souvent. Est-ce que ce n’est pas trop bas, est-ce qu’on me voit bien ? N’est-ce pas dangereux en ville ? C’est même une des premières préoccupations qui viennent à l’esprit de ceux qui n’ont pas l’expérience de l’utilisation d’un vélomobile.

Pour bien centrer le sujet, quand on parle de danger, ce n’est pas n’importe lequel. Le vélomobile lui-même n’est pas dangereux, ni pour soi ni pour les autres usagers de la route. Même pour les piétons, un vélomobile est même moins dangereux qu’un vélo, car ses formes sont lisses et sans angle, et son carénage est souple et peut amortir les chocs. Non, quand on parle de danger, c’est bien du danger que font courir les autres usagers de la route au vélomobiliste. Et encore, pas n’importe quels autres usagers de la route : on pense essentiellement aux automobilistes.

En passant, notons qu’une voiture est dangereuse pour tous les autres usagers de la route : les piétons, les cyclistes, les motards, et même les autres automobilistes. Alors cela devrait plutôt inciter à ne pas utiliser de voiture, plutôt que d’inciter à ne pas utiliser de vélomobile.

Il est vrai qu’un vélomobile est bas, mais il y a peu de cas où cela pose problème. Pensez-vous qu’en tant qu’automobiliste vous pourriez ne pas voir un parpaing sur la route ? Un enfant de 6 ans ? Un billet de 100€ ? Alors il n’y a pas de raison qu’un engin de 1m x 1m x 3m, de couleur vive qui plus est, ne soit pas visible.

D’après mon expérience, il y a une règle absolue à garder en tête : un automobiliste ne vous voit que lorsque vous êtes devant lui. Si vous êtes derrière, ou de côté, il ne vous voit pas, ou en tout cas, il faut considérer qu’il ne vous a pas vu. C’est d’ailleurs également vrai pour tous ceux qui doivent, depuis l’arrière, se porter à hauteur des automobilistes : les motos, les vélos, ce n’est pas spécifique au vélomobile.

Par contre je n’ai jamais constaté de cas où, étant devant une voiture, l’automobiliste ne m’ait pas vu. Ce qui m’amène à relativiser le problème de hauteur du vélomobile.

Pourtant, il y a une chose que je déteste plus que tout, c’est qu’on me dise qu’on ne me voit pas parce que je suis trop bas. Quand on n’est pas conformiste, les critiques ne sont jamais loin. Alors finalement, je préfère avoir un fanion, même si je n’ai jamais constaté de différence avec ou sans le fanion, uniquement pour éviter les critiques faciles. J’ai quand même choisi un fanion relativement aérodynamique, car lorsqu’on roule au-dessus de 40 km/h, un fanion peut faire perdre une vitesse non négligeable (autour de 2 ou 3 km/h, d’après mes essais).

Le problème essentiel de sécurité est lorsqu’on se trouve à un endroit où les automobilistes ne s’attendent pas à trouver un véhicule : sur les équipements cyclables notamment, ou entre 2 files de voitures. Encore une fois, ce n’est pas spécifique au vélomobile, mais cela doit influencer l’équipement du vélomobile, ainsi que le comportement à avoir sur la route.

La particularité du vélomobile, et surtout du Quest, c’est qu’il roule vite. En ville, en zone périphérique, cela réduit les problèmes de sécurité, car on peut rouler quasiment à la même vitesse que les automobilistes (en tout cas ceux qui respectent les limitations de vitesse en ville), et donc on peut rouler sur la route et se comporter comme une auto : puisqu’on se trouve alors à un endroit où les automobilistes s’attendent à pouvoir trouver un véhicule, il y a moins de problèmes. Hors agglomération, si l’on est bien visible, cela se passe bien également, et la cohabitation avec les automobiles est d’autant plus facile que la vitesse d’un Quest est comparable à celle d’un petit scooter ou d’une voiturette sans permis.

Par contre, en centre-ville, ça se complique, parce que les voitures roulent beaucoup moins vite. Il y a un compromis à trouver entre la possibilité de dépasser les voitures via les bandes cyclables notamment, et le comportement sécuritaire consistant à se déplacer exactement comme avec une voiture.

Suite à mon récent accrochage, je sais que les bandes cyclables ne sont pas perçues comme des voies de circulation par les automobilistes. Même quasiment à l’arrêt, un automobiliste n’envisage pas de pouvoir se faire doubler par un vélo sur la bande cyclable, et ne regarde jamais derrière lorsqu’il doit en couper une. Il faut donc éviter de remonter une file de voiture sans précaution, car une voiture peut couper la bande cyclable à n’importe quel moment. Personnellement, j’adopte maintenant un comportement plus sécuritaire, en ne remontant les files de voiture que lorsque les voitures sont totalement à l’arrêt, et préférant me positionner entre 2 voitures lorsque la file redémarre, et de préférence sur la route plutôt que sur la bande cyclable.

Côté équipement, j’ai rapidement opté pour une éclairage clignotant vers l’avant, à hauteur de rétroviseur de voiture. C’est pour moi l’élément de sécurité le plus important dans les zones de forte circulation automobile, bien plus efficace qu’un fanion ou qu’un feu arrière clinotant. Je remarque ainsi une grosse différence de comportement des automobilistes devant moi, qui s’écartent plus souvent pour me laisser passer que lorsque je n’ai pas le feu clignotant.

Ce feu est assez puissant, il peut fonctionner en mode fixe également, et il pourra me servir comme éclairae avant d’appoint pour les sombres nuits d’hiver.

Pour l’arrière, j’ai également installé un feu qui peut fonctionner en mode fixe ou clignotant. C’est un éclairage Smart SuperFlash, assez connu pour être particulièrement puissant pour son prix. Mais je ne pense pas qu’il me soit utile de l’utiliser en dehors de conditions de mauvaise visibilité : par temps de pluie, ou de brouillard (il y en a souvent l’hiver dans la campagne toulousaine), ou pour être bien visible la nuit sur les routes départementales.

J’ai également pris des photos avec tous les éclairages allumés :

Avec cet équipement, et un comportement prudent, je pense ne pas être plus exposé qu’un autre sur les routes. Mais bien évidemment, tant qu’il y aura des voitures sur les routes, nul n’est à l’abri…

Publicités

One Comment to “Vélomobile et sécurité”

  1. Moi aussi, en Mango, je suis tel un sapin de Noël qui clignote de partout (lampes sur le casque également). Ca fait aussi "Rencontre du 3e type ".
    Ceux qui me lancent un "On t’voit pô" sont des c…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :