Tiens, voilà la pluie

Après un mois d’avril où nous avons connu un temps de juin, nous voici en mai, avec un temps de mars. Tout va bien.

Il semblerait qu’une des questions immanquables du badaud découvrant le vélomobile est : « mais comment faites-vous quand il pleut ». Si vous vous posez également la question, sachez que la réponse est : « je ferme la bouche ».

La question me fait toujours à sourire, d’un sourire sans doute un peu amer. Car avant la voiture, solution anti-pluie largement adoptée (provoquant ainsi des embouteillages ventrus les jours de pluie), on a inventé des solutions somme toute assez rustiques, comme un parapluie ou un ciré pour les cas extrêmes. Testé et approuvé par des générations de marins bretons. De nos jours, modernité oblige, il existe aussi des vêtements techniques pour les cyclistes trouvant le courage hors norme de braver la pluie et qui, faut-il le préciser, ne coûte pas tout à fait le même prix qu’une coque en tôle.

Néanmoins, le vélomobile dans son concept apporte déjà une réponse puisqu’il protège également son occupant avec une coque, en fibre de verre celle-là. Le Quest, modèle décapotable, fournit une « jupe » qui ne laisse dépasser que le haut de la tête, lui-même protégé des éléments par un casque et une visière. Mais ça mouille un peu.

A vrai dire, l’enjeu n’est pas tellement l’insolente humidité risquant de recouvrir la peau, mais plutôt la répulsion ancestrale qu’éprouve l’humain à l’égard du temps pluvieux, qui en des temps ancestraux était porteur d’un risque de maladies bronchiques mortelles. Ce qui constitue tout de même un frein psychologique avéré lorsqu’il s’agit de mettre le nez dehors.

Pour les vélomobiles décapotés, il existe pour cela l’excellent toit produit par Flevobike pour son Versatile, solution adaptable sur de nombreux modèles, y compris le Quest. Ce matin, voyant le temps particulièrement humide, j’ai retiré les toiles d’araignées sur mon toit pour l’installer sur le Quest :

Solution élégante, elle permet de protéger la tête du courageux cycliste, sans toutefois en occulter la vue, là où un pare-brise recouvert de gouttes rendrait la visibilité plus aléatoire le jour où, justement, il faudrait être particulièrement attentif à ce qui se passe.

Flevobike propose également un déflecteur d’air, dont je ne disposais pas à l’origine. Mais je m’en étais dare-dare fabriqué un à partir de chutes de plexiglass de 1mm d’épaisseur :

Ce déflecteur permet d’éviter que de l’air chargé de gouttes perfides passe sous le toit et viennent frapper mon visage. Le déflecteur renvoie le flux d’air et ce qu’il transporte au dessus du toit : je suis alors bien au sec sous mon toit.

Mais pour tout dire, je n’aime pas avoir à mettre ce toit. Car ce qui m’embête, ce n’est pas tant la pluie, qui se contente de mouiller, mais plutôt le vent qui accompagne en général une journée pluvieuse qui se respecte, et qui a la désagréable habitude de souffler de côté sur mon parcours quotidien. Le vent de travers ruine fâcheusement l’aérodynamisme soigné mais adapté à un flux axial du Quest, et me fait perdre beaucoup de vitesse. Le toit, rajoutant une protubérance sur la coque du Quest, participe à son tour à l’augmentation des perturbations aérodynamiques. Et j’ai même l’impression que, sournoisement, l’eau alourdit également les roues et me fait encore perdre en vivacité.

Au final, ce sont des journées où je finis avec les jambes lourdes d’avoir lutté pour maintenir une vitesse pas trop indigne de ma machine… Ce n’est pas que je n’aime pas la pluie, mais surtout que je n’aime pas les temps pluvieux !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :