Archive for ‘Equipement et entretien’

20 janvier 2013

Changement de compteur

Cette semaine mon compteur s’est arrêté de fonctionner ! Les fonctions du compteur répondaient bien, sauf qu’il ne détectait plus les mouvements, la vitesse restant à 0. J’ai vérifié que l’aimant et le capteur étaient toujours bien fixés, que le boîtier du compteur était bien en place, mais tout était bon.

J’ai donc acheté et installé un nouveau compteur. J’ai toujours bien aimé les compteurs Sigma, qui ont toujours été simples à utiliser et fiables sur mes différents vélos, alors c’est ce que j’ai pris. L’affichage est un peu plus gros, ce qui est pas mal.

IMG_5253.resized

En inspectant l’ancien compteur, j’ai tout de suite trouvé d’où venait la panne. A force de frotter contre la roue, le fil a fini par s’user et casser :

IMG_5254.resized

Je me suis donc quand même décider à le réparer, ça pourra resservir (sur un autre vélo peut-être). Un petit coup de fer à souder, de la gaine thermorétractable pour protéger tout ça, et le tour est joué.

IMG_5255.resized

Et ça fonctionne à nouveau !

IMG_5256.resized

17 janvier 2013

SpeedoDyno – compteur de vitesse et dynamomètre pour Android

J’ai developpé une petite application Android pour calculer et visualiser la vitesse et la puissance totale, à partir des informations obtenues via le GPS

screenshot-1358407211952Elle est compatible avec les terminaux Android Gingerbread et supérieurs (>= 2.3.3)

Fonctionnalités:
– vitesse instantanée
– vitesse moyenne
– vitesse max
– calcul de pente
– puissance instantanée
– puissance moyenne
– puissance décomposée (frottements, trainée aérodynamique, accélération, ascension)

Dans les paramètres, il faut spécifier les paramètres correspondant au véhicule (masse, coefficient de frottement, SCx). Théoriquement, c’est compatible avec tout type de véhicule terrestre (vélo, vélo couché, vélomobile, voiture, bus, tramway, train, …). En pratique, le but est surtout de mesurer quelque chose de réaliste en vélomobile ou autre véhicule à propulsion humaine.

Cette première version (numérotée v0.8) est une version bêta. En particulier, j’ai les problèmes suivants:
– les données GPS concernant l’altitude ne sont pas très précises, ce qui fait que le calcul de pente est approximatif. Le calcul de puissance en est impacté.
– l’accélération aussi est assez fluctuante, ce qui fait que la puissance associée varie aussi de manière parfois désordonnée
– au final, la puissance instantanée ne vaut pas grand chose. Par contre la puissance moyenne a l’air relativement réaliste.

J’ai besoin de bêta testeurs, pour voir si c’est aussi imprécis sur tous les terminaux, ou si suivant la qualité du GPS ça peut donner de meilleurs résultats. Dans les options, on peut activer des traces, qui stockent les informations collectées et calculées. Elles sont enregistrées dans un fichier .csv dans le répertoire SpeedoDyno (sur carte SD ou stockage interne suivant le terminal). Il faut enregistrer les traces pendant 20 ou 30 minutes (pas des heures sinon ça fait des gros fichiers difficiles à manipuler avec un tableur) puis m’envoyer le fichier généré.

S’il y a des développeurs Android qui veulent participer au développement de cette application, ils sont les bienvenus 🙂 Il y a encore du travail pour atteindre la version 1.0.

L’application est sous licence GPL (logiciel libre). Elle est téléchargeable à l’adresse suivante :
http://code.google.com/p/speedodyno/downloads/list
(Pour l’instant, pas dispo sur Google Play, je publierai la version v1.0 quand elle sera prête)

27 novembre 2012

Nouveaux pneus avants : Marathon Supreme

Suite à une hernie puis à l’éclatement d’un des pneus avants, j’ai dû les remplacer par des vieux Schwalbe Marathon Plus, le temps de commander les remplaçants. Il me tardait qu’ils arrivent, parce que les Marathon Plus, beaucoup plus lourds que les Durano, rendent le vélomobile beaucoup moins vif, et au bout de la semaine, ça fatigue les jambes.

Après avoir usé 3 jeux de Schwalbe Durano (toujours à tringle rigide, car moins chers que les tringles souples), j’ai décidé d’essayer des Marathon Supreme (existant uniquement en tringle souple). Ce sont des pneus cherchant un bon compromis entre performance, confort et protection contre les crevaisons. Ils sont plus gros (42mm) que les Duranos (28mm), donc plus confortables et plus roulants, mais aussi un peu plus lourds, donc moins vifs. Enfin c’est la théorie.

Normalement, étant censés être des pneus de 42mm de large, j’aurais dû choisir des chambres à air SV7, adaptés aux pneus à partir de 40mm. Mais comme en réalité, au montage, les Supreme ne font que 38mm de large, j’ai décidé de choisir les SV6a, version sportive très fine et très légère (surtout comparé aux SV7), normalement adaptés aux pneus jusqu’à 40mm. Wim Schermer expliquait il y a peu combien il avait été surpris de constater une amélioration notable du rendement avec ces chambres à air.

Par contre, la jante reste une 19mm. C’est un peu limite, normalement pour un pneu de cette largeur, je devrais utiliser une jante de largeur supérieure (25mm).

J’ai vérifié le poids des différentes combinaisons que j’ai testées successivement en peu de temps :

  • Durano (tringle rigide) + SV6 : 320g
  • Marathon Plus + SV6 : 650g
  • Marathon Supreme + SV6a : 395g

Evidemment, en toute logique, si je veux faire plus léger, je pourrai à l’avenir choisir la combinaison :

  • Durano (tringle souple) + SV6a : 260g

Ce dimanche, j’ai donc monté ces nouveaux pneus.

Je l’avoue, je me suis quand même fait aider…

Je trouve que des pneus plus larges donne une impression visuelle plus équilibrée entre les pneus avants et le pneu arrière. Ça rehausse aussi légèrement l’avant du vélomobile.

24 novembre 2012

Guide d’entretien pour vélomobile

Guide d’entretien à destination des vélomobiles :

Fichier à télécharger : guideentretien-velomobile

18 novembre 2012

Pneu éclaté

Jeudi, en allant au travail, je me suis soudain rendu compte que ma roue avant droite avait un balourd, ça faisait « clonc » à chaque tour de roue. Une fois arrivé, j’ai inspecté la roue et le pneu, et je me suis rendu compte qu’une hernie était en train de se former sur le flanc intérieur du pneu. Damned ! Mes Duranos ! Je baisse la pression du pneu, pour pouvoir rentrer tranquillement à la maison le soir.

Le jeudi soir, grosse flemme… Je me dis que ça tiendra bien jusqu’au week-end. Je prends quand même un vieux pneu en rechange, au cas où.

Bien m’en a pris, parce que vendredi matin, le pneu a éclaté ! Je roulais à environ 40 km/h en ligne droite, et le comportement du Quest a été exemplaire, aucun écart sur ma trajectoire. Je me suis rapidement mis sur le côté pour changer la chambre à air et le pneu.

C’est quand même un gros trou dans la chambre à air ! Au boulot j’ai tranquillement réparé cette chambre à air. Une grande rustine, dont je ne sais d’habitude pas quoi faire, m’a pour une fois été bien utile !

Ce week-end, j’ai enlevé ces pneus pour rechausser le Quest avec mes vieux Marathon Plus, bien costauds, et qui me permettront d’attendre le temps de commander de nouveaux pneus. Ils sont bien usés, mais on ne voit pas encore la sous-couche bleue, ils peuvent donc faire encore quelques kilomètres… Par contre, ça va me changer au niveau des performances, les Marathon Plus étant particulièrement lourds !

J’en ai profité pour vérifier le pneu arrière. Après 17.000 km, il n’est pas encore au bout ! Et pas une seule crevaison jusque là, impressionnant !

%d blogueurs aiment cette page :